Richard Borgman.

borgman-icone-01Né en 1947 aux États-Unis, Richard Borgman est adopté par une famille méthodiste. Il rencontre le Seigneur en 1972 à la faveur de la guérison et de la conversion de sa femme Danielle. Tous deux intègrent une communauté protestante et, en 1976, ils s’installent en Afrique où Dieu les a appelés ; ils témoignent pendant quinze années par la compassion et la proclamation de la Parole. En 1998, Richard découvre l’amour maternel de Marie, qui le guérit de la blessure d’abandon qui le poursuivait. Il devient catholique, ainsi que Danielle.

Sa conversion au catholicisme bouleverse sa vie. Mais une chose ne change pas : toute sa vie est dédiée à l’annonce de l’Évangile. Cependant il ne peut plus être missionnaire de la même manière, et il se met à chercher comment être un missionnaire catholique. C’est alors qu’il découvre, providentiellement, le message de Paray-le-Monial : “Voici ce Coeur qui a tant aimé les hommes…” Il comprend qu’il touche au but. Ce qui caractérise l’évangélisation catholique, selon lui, c’est la miséricorde. Faire connaître la miséricorde de Dieu aux hommes d’aujourd’hui est pour lui le premier défi de l’évangélisation.

En 2007 il publie son livre : “Une vie conduite par la Miséricorde”. C’est sa découverte de la miséricorde que Richard partage ici. Il  explique comment il est possible de laisser conduire toute sa vie par la miséricorde. Il le fait d’une manière très concrète, à la manière américaine qui est la culture dans laquelle il a grandi.

Ce qui bouleverse dans ce témoignage, c’est le feu. Le feu de l’amour, le feu pour la mission. Dieu veut que nous brûlions d’amour pour nos frères afin de les ramener à lui.